Epoisses situé entre Semur et Avallon

Par l’abbé BREUILLARB  (Curé de la paroisse de Cisery au XIXe siècle. )

 

Le bourg d’Époisses, situé dans une belle et riche vallée qui en porte le nom, entre la ville de Semur et celle d’Avallon, est loin d’être aujourd’hui aussi considérable qu’il paraît l’avoir été jadis. On dit, en effet, qu’il y avait douze rues, qui avaient chacune leur dénomination particulière; mais le malheur des temps, les guerres et surtout les maladies contagieuses, autrefois si fréquentes, l’ont réduit en l’état où il est maintenant. On voyait anciennement à un petit quart de lieue de ce bourg une chapelle dédiée sous le vocable de Notre-Dame-des-Champs, que l’on peut croire en avoir été primitivement l’église paroissiale. Cette chapelle, connue plus tard sous le nom de Cure du Bouchot, était dotée de 55 journaux 1/2 de terres labourables et de 8 soitures de prés. Tombée en ruines, et polluée tant par les passants, étant sur un grand chemin au milieu des champs, que par les animaux auxquels elle servait souvent de retraite, l’évêque de Langres, sous la juridiction duquel elle se trouvait alors, après informations prises, en transféra le service en celle du château, par ordonnance du 22 septembre 1679, à la requête de M. Mazeux. Le château d’Epoisses, dont l’histoire parle comme d’une maison royale, connue dès le 6e ou 7e siècle, était flanqué dé sept tours, saillant hors des murs. Six d’entre elles étaient de forme carrée, l’autre était à huit pans, bien logeables et à cheminées. Quatre de ces tours étaient en pierres de Domont, y compris celle de la porte par laquelle on y entrait. Cette dernière, sur laquelle était la lanterne, avait double pont-levis. Des fossés pleins d’eau entouraient la place en entier. On voyait jadis en son enceinte une chapelle qui y avait été construite en l’honneur de Notre-Dame. Les vénérables chanoines de l’église collégiale Saint-Symphorien étaient tenus, moyennant une somme de vingt sols, d’y célébrer chacun an les vêpres, les matines, la grand’messe, ainsi que toutes les heures canoniales, le jour de l’Immaculée Conception. » II y avait aussi au-devant de ce château une vaste et immense basse-cour, fermée de hautes murailles, avec cinq demi-ronds en forme de tours, fournies de canonnières. Cette basse-cour, qui était aussi entourée de fossés, renfermait plusieurs maisons pour l’usage des retrayants. On y voyait aussi l’église paroissiale encore existante, dont le service était fait par les chanoines et leurs vicaires. Les seigneurs d’Epoisses, qui en étaient les principaux fondateurs, avaient donné au chapitre qu’ils y avaient établi, des moulins avec des dîmes de vin et de blé, ainsi que plusieurs autres droits, sans autre réserve pour eux que celle de nommera une prébende sur onze dont il était composé. On entrait en cette basse-cour par une tour qui avait canonnières, meurtrières et ponts-levis. Les fossés qui l’entouraient devaient être entretenus par les retrayants. Les villages d’Epoisses, Toutry, Corombles, Epoissotte, Torcy, Pouligny, Vic-de-Chassenay, Menetreux, Menetoy et Sainte-Magnence, étaient tenus comme tels d’y faire guet et garde, lorsqu’ils en étaient requis, et pouvaient s’y retirer en temps de guerre et d’éminent péril, avec tout ce qui leur appartenait. On voit par les lettres qui ont érigé en titre et dignité de marquisat l’antique baronnie d’Epoisses, que ce château avait sous sa dépendance vingt-deux villages ou bourgs, dont on y peut lire les noms, et plus de deux cent cinquante fiefs nobles, entre lesquels il y en avait six qui portaient le titre de seigneurie…

 

Les territoires francs au VIe siècle

Les territoires francs au VIe siècle Le VIe siècle en Gaule franque est marqué par les partages qui ont lieu à la mort de Clovis (511) puis à la mort de son fils Clotaire Ier, (561). Trois des fils de ce dernier se partagent le royaume franc : Sigebert : Royaume...

Une maison royale

 Le château d’Époisses une Maison Royale   Classée monument historique le château d’Époisses est située au centre de la Bourgogne, dans une belle et riche vallée qui en porte le nom, entre la ville de Semur et celle d’Avallon au cœur de l’Auxois et à deux heures...

Le Grand Condé et Epoisses

  Le Grand Condé Louis de Bourbon, prince de Condé, était le cousin de Louis XIV. Célèbre pour sa victoire de Rocroi, il rencontra Guillaume de Guitaut en 1647, au siège de Lérida, et en fit l'un de ses officiers. Lorsque Condé se jeta dans les intrigues de la...

Au VIe siècle

Au VIe siècle, Epoisses, est le fief de la reine d’Austrasie Brunehaut et du roi de Bourgogne Théodoric 1er (Thierry) , son petit-fils.  Thierry y vit avec ses nombreuses maîtresses et enfants illégitimes, sous l’œil bien veillant de sa grand-mère. Tout seigneur...